Internat et uniforme

Développer l’internat et revenir au port de l’uniforme. Pour éviter la dispersion des jeunes et une possible radicalisation survenant souvent du fait, pour le jeune, d’être livré à lui-même, de se sentir seul pendant les perturbations liées à l’adolescence et la puberté, l’idée de repenser l’école à partir du collège (à partir de la 4e) par une période d’internat pouvant aller jusqu’à la fin du lycée, me parait laisser plus de place au développement du libre arbitre

Internat soumis à des règles strictes d’encadrement et de discipline, sur des campus où l’éveil culturel, artistique et sportif serait mis en avant pendant les heures hors enseignement, des cours de savoir être, maintien, morale et citoyenneté viendraient compléter ces temps. Le port de l’uniforme permettrait une reconnaissance groupée à un établissement et plus une manière de se faire remarquer individuellement. Cela permettrait aussi la création d’équipes scolaires sportives et des tournois inter-établissements.

Des cours d’entreprenariat et de concours de talents (comme les olympiades en artisanat) pourraient être envisagés et être portés dans les projets des établissements.

Favoriser la diversification du recrutement des grandes écoles

Etendre le projet "Conventions d’éducation prioritaire" (CEP) de Sciences Po aux établissements d’enseignement supérieur réputés en leur demandant d’aménager des filières de recrutement spécifiques en lien avec les établissements d’enseignement secondaire. L’accès à l’excellence est la meilleure réponse au développement du communautarisme qui surfe sur l’idée d’une victimisation sociale et de discriminations raciales.

Nous souhaitons la mise en place d'un internat à Roubaix à titre expérimental